SAINT DENIS | THÉÂTRE // SPECTACLE « NKENGUEGI » de Dieudonné Niangouna

le 13/11/16

15h30 | Théâtre Gérard Philipe |

THEATRE : NKENGUEGI

Dernier volet d’une trilogie initiée avec Le Socle des vertiges, poursuivie avec ShédaNkenguegi s’inscrit dans le parcours d’un écrivain qui considère que «l’art, c’est s’échapper de la barbarie».
Grâce à une langue qui inscrit le réel dans l’imaginaire, une langue vivante, délirante, poétique, abrupte qui se déroule comme un flot charriant autant d’émotions que de colères, Dieudonné Niangouna ne cherche pas à émouvoir, à convaincre, à chercher le juste milieu et le consensus mou. Il attaque, il mord, il dérange, il met les points sur les « i». Il bouscule la langue française, la reconstruit plus tranchante, plus agressive, la réinvente en la rendant capable de faire entendre la douleur profonde de tous ceux qui subissent la violence d’un monde bouleversé. Pas de bavardage inconsistant qui assemble des jugements à l’emporte-pièce, mais une parole d’une impérieuse nécessité, ne refusant pas les contradictions, les hésitations, l’humour et la dérision, qui nous emmène avec force dans une traversée bouleversante. Traversée que, sous nos yeux, des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants entreprennent jour après jour dans les eaux trop souvent mortelles de la Méditerranée mais aussi traversée que l’homme accomplit tout au long de sa vie, traversée des rêves et des cauchemars qui enflamment les esprits.

Onze comédiens et deux musiciens habiteront le monde foisonnant de Dieudonné Niangouna, tout à la fois les acteurs d’un théâtre dans le théâtre, des émigrés propulsés dans les mondanités parisiennes, un «type abandonné seul sur une barque», un «voyageur qui s’est fait piquer son rêve», nous entraînant dans les lieux les plus divers, passant d’un continent à l’autre.

INEPTIE  « Et je suis resté seul dans ce désert. Plus de chien qui aboie. J’ai tué la caravane. Il n’y a plus que des reliques du futur. Un très grand silence prochain. No man. No body. Don’t panique. »
Dieudonné Niangouna, Nkenguegi

 

ECHANGE avec l’auteur-metteur en scène et Eva Ottavy de la Cimade à l’issue de la représentation

A 15h30 au Théâtre Gérard Philipe, 59 boulevard Jules Guesde, 93200 Saint Denis

Entrée : de 6 à 23€

A voir aussi :

EXPOSITION Habiter le campement – 

Du 4 au 26 novembre

campement-tgp

Comment des campements par nature provisoires sont devenus pour des milliers de personnes, (nomades, réfugiés, contestataires …) des habitats durables.

Abordant en six types les diverses formes que prend le campement à travers le monde, l’exposition rassemble l’habitat précaire, l’habitat provisoire et l’habitat pratique pour en éclairer les liens et l’essence : une suspension du rapport au temps et à l’espace.

L’exposition de la Cité de l’Architecture est réinventée pour les espaces du théâtre et ponctuée par des extraits de Par les villages de Peter Handke. Le parcours sonore a été conçu par Jean Bellorini (directeur du TGP)

Vernissage le 4 novembre à 18h en présence de la Cimade
Avec la participation de Marcela et los Murchales (concert tsigane)

 

www.theatregerardphilipe.com

TGP_Rond_positif

59 Boulevard Jules Guesde, 93200 Saint-Denis, France

Tous les événements de la région
infos pratiques région
COORDONNÉES DE LA RÉGION :

Déléguée nationale en région :
Anne-Laure CHARRIER
01 40 08 05 34
poste-idf@lacimade.org

À SAVOIR :

https://www.lacimade.org/regions/ile-de-france/

Les questions migratoires sont au cœur du débat public en France, en Europe et dans le monde. Elles sont instrumentalisées à des fins électoralistes, et nourries par des politiques de plus en plus coercitives et inhumaines.

Pour cette nouvelle édition, le festival Migrant’scène a choisi de mettre à l’honneur les multiples formes de résistances qui s’opposent au regain de haine et de discriminations envers les personnes étrangères.

  • Résister aujourd’hui en tirant les leçons du passé
  • Résister aux contre-vérités, aux amalgames et à la tentation du tout sécuritaire
  • Résister aux lois qui définissent la solidarité comme un délit
  • Résister en tant que personne étrangère
  • Résister à la fabrique de l’exclusion et à la division des exclu·e·s
  • Résister aux stéréotypes, l’exemple des femmes migrantes
  • Résister en tant qu'artiste …

Nous interrogerons les politiques migratoires en croisant les regards des milieux de la culture, de la recherche, de l’art et de la solidarité.

Projections, débats, concerts, théâtre, expositions, performances, avec des historien·ne·s, des dramaturges, des artistes, des musicien·ne·s exclu·e·s, des citoyen·ne·s solidaires, autant de rencontres et d’échanges dans 20 lieux à Paris et en Île-de-France pour partager nos analyses, nos inspirations et nos initiatives.