Bandeau_pfue
Photo_minisite_pfue

Alors que les députés européens viennent d'adopter la « directive de la honte », qui porte gravement atteinte aux libertés publiques et fait de l'enfermement un mode de gestion courant des populations migrantes, l'immigration est au coeur de la présidence française de l'Union européenne.

Le gouvernement a notamment proposé aux autres Etats membres la conclusion d'un pacte européen « fondateur d'une politique commune de l'immigration et de l'asile ». Mais que nous propose la présidence française si ce n'est le renforcement de tendances déjà à l'oeuvre depuis la signature de la convention de Schengen en 1990, celles de la fermeture, d'une répression aveugle aux frontières, d'un droit d'asile en voie de disparition, d'un renforcement des contrôles et d'une généralisation de l'enfermement des migrants ?